COMME NOS MILLIERS D'ABONNES
DECOUVREZ LE MEILLEUR DU CINEMA SUR DVDPOST


PLUS DE 20.000 TITRES

Good Kill (2015)

Emotion/drame, Thriller

(43 votes)
Star-onStar-onStar-onStar-offStar-off
Good Kill (2015) bluray

SYNOPSIS :

Un pilote de chasse devient pilote de drone, basé à Las Vegas. Combattant à distance les talibans la journée, il rentre ensuite chez lui en banlieue retrouver sa famille. Mais l'exécutant va commencer à se poser des questions sur sa mission, et se demander dans quelle mesure il ne contribue pas, en tâchant de les éliminer, à créer les nouveaux terroristes d'une guerre sans fin.

Réalisé par :

Andrew Niccol

PHOTOS DU FILM :

FORMAT DISPONIBLE Audio Sous-titres Public Durée IMAGE SON Pays
Blu-ray
DVD
FREN FRNL 16 102 Min 16/9 (2.40:1) Dolby Digital États-Unis
7 critiques
Trier par :

    Benoit Publié le 25/10/2016

  • user-thumb
    5_pen_3_fr (1185 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-offStar-off

    Sa critique : Ça manque de rythme mais le sujet est bien traité !

    0 Smiley_yes   0 Smiley_no

  • Marc Publié le 02/06/2016

  • user-thumb
    5_pen_3_fr (1849 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-offStar-offStar-off

    Sa critique : Les Etats-Unis auront-ils jamais fini de décortiquer leurs guerres passées ? On peut en douter à la vision de ce “Good kill” qui, en guise de pierre à l’édifice de psychanalyse cinématographique post-11 septembre, apporte simplement dans ses bagages cette nouvelle manière de faire la guerre propre aux années 2000. A l’opposé d’un Chris Kyle (“American sniper”) qui mouillait quand même la chemise, le major Tom Egan, pilote émérite tranquillement installé dans un baraquement du désert du Nevada (cyniquement présenté comme “extra-territorial”) pilote un drone et plombe des combattants Talibans à 11000 kilomètres de là en appuyant sur un joystick, (en annihilant au passage tous les individus présents dans un rayon de 30 mètres, c’est qu’on ne fait pas d’omelettes sans casser d’oeufs...). Ce n’est donc pas le vertige du retour du front qui plombe le bidasse, mais bien le fait d’y être en permanence sans y être vraiment, et de tuer sans encourir le moindre risque. Les conséquences, elles, sont connues : alcoolisme, agressivité au sein de la cellule familiale, psychoses diverses et variées. Car plus il tue, alors même que le processus décisionnel lui échappe (la CIA lui donne ses consignes par téléphone), plus le major tâte de la bouteille et s’enfonce dans le marasme. “Good kill” décrit ainsi la lente progression du sentiment paradoxal d’impuissance et d’aliénation qui étreint le héros aux ailes rognées à chaque fois qu’il emploie son pouvoir de donner la mort depuis le ciel, à travers des séquences répétées ad nauseam qui produisent, par leur répétition placide digne d’un jeu vidéo, un sentiment de nihilisme et d’irréalité. Malheureusement, le manque d’épaisseur des personnages et le simplisme du discours (“la guerre, c’est mieux quand on est sur place”) décrédibilise un thème qui aurait pu donner quelque chose d’intéressant. Pire, la séquence finale, celle qui tient de la catharsis ultime pour le soldat en quête de sens et de rédemption, est carrément ridicule.

    0 Smiley_yes   2 Smiley_no

  • Jean-Paul Publié le 09/05/2016

  • user-thumb
    5_pen (213 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-offStar-off

    Sa critique : Pas mal, malgré certaines scènes trop longues. Un peu plus de rythme n'aurait rien gâché.

    0 Smiley_yes   0 Smiley_no