Ave César ! (2016)

Comédies, Américaines, Mystère

(37 votes)
Star-onStar-onStar-offStar-offStar-off
Ave César ! (2016) dvd

SYNOPSIS :

La folle journée d'Eddie Mannix va nous entraîner dans les coulisses d'un grand studio Hollywoodien. Une époque où la machine à rêves turbinait sans relâche pour régaler indifféremment ses spectateurs de péplums, de comédies musicales, d'adaptations de pièces de théâtre raffinées, de westerns ou encore de ballets nautiques en tous genres. Eddie Mannix est fixer chez Capitole, un des plus célèbres Studios de cinéma américain de l'époque. Il y est chargé de régler tous les problèmes inhérents à chacun de leurs films. Un travail qui ne connaît ni les horaires, ni la routine...

Réalisé par :

Joel & Ethan Coen

PHOTOS DU FILM :

FORMAT DISPONIBLE Audio Sous-titres Public Durée IMAGE SON Pays
Blu-ray
DVD
FREN FRNL 6 101 Min 16/9 compatible 4/3 (1.85) Dolby Digital États-Unis
2 critiques
Trier par :

    Samuel Publié le 30/10/2016

  • user-thumb
    5_pen_2_fr (462 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-onStar-off

    Sa critique : Il s'en passe des choses, dans les coulisses des studios de cinéma...les frères Cohen ont une fois de plus concocté un scénario fort original, assez loufoque, mettant parfois en scène des acteurs à contre-emploi...l'histoire est amusante et le tout est fort plaisant, mais je n'ai pas non plus rit aux éclats. Je recommanderais donc cette séance aux fans des œuvres de J. et E. Cohen, et/ou aux amateurs d'humour un peu décalé.

    0 Smiley_yes   0 Smiley_no

  • Marc Publié le 17/08/2016

  • user-thumb
    5_pen_3_fr (2004 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-offStar-off

    Sa critique : D’années en années, les frères Cohen semblent s’amuser toujours plus à détricoter la légende américaine : qu’il s’agisse de démontrer que les héros préféreraient de loin vivre tranquillement ou que les folkeux les plus exigeants ne sont pas ceux dont l’histoire a retenu le nom, le duo s’amuse avec un entrain intact à soulever un coin de voile sur une réalité plus sombre et prosaïque que ce que veut bien en révéler l’hagiographie officielle. Ce vieux projet maintes fois repoussé qu’est “Avé César” s’inscrit pleinement dans cette filiation...car qui a-t-il de plus factice que l’industrie hollywoodienne du divertissement, luxueuse et clinquante sous les projecteurs, corrompue et riche en coups tordus en coulisses ? C’est ce que s’emploieront à démontrer Joel et Ethan Cohen tout au long de la rude journée d’Eddie Mannix, “fixeur” des studios chargé d’aplanir tout problème qui pourrait gripper la belle machinerie du rêve : acteur de péplum enlevé par des scénaristes communistes et revanchards, star du western à la peine pour son premier rôle consistant, starlette de ballet aquatique malencontreusement enceinte, “Avé César” retranscrit à la perfection le crépuscule de cet âge d’or d’Hollywood où les grand studios régnaient encore sans partage. A travers les quatre enquêtes menées simultanément par le fixeur, les Cohen livrent une critique acide de ce sérail hollywoodien auquel ils n’appartiennent que du bout des lèvres : ce qui préoccupait producteurs et décideurs du début des années 50 - frasques sexuelles ou alcoolisées des vedettes à couvrir, malaise persistant autour des sujets religieux, crainte de la subversion communiste et tentatives de manipuler la presse Gossip à leur avantage - n’a en fin de compte pas vraiment changé à six décennies d’intervalle. Aussi acide, pertinent et luxueusement mis en scène soit-il (il fallait bien reproduire le kitsch et le lustre des tournages de ces superproductions d’un autre âge ! ), “Avé César” pourrait toutefois sembler mineur dans la filmographie des deux frères : la mise en scène assez lâche et flexible des différents segments du film lui donne souvent l’allure d’un “film à sketches”, où de courts récits indépendants s’écouleraient en parallèle sans vraiment se croiser. Il en ressort une évidente légèreté et un certain plaisir de spectateur...mais au détriment de l’impression d’assister à une fulgurance des Cohen au sommet de leur art.

    2 Smiley_yes   0 Smiley_no