COMME NOS MILLIERS D'ABONNES
DECOUVREZ LE MEILLEUR DU CINEMA SUR DVDPOST


PLUS DE 20.000 TITRES

La Résurrection du Christ (2016)

Action, Aventure, Emotion/drame

(20 votes)
Star-onStar-onStar-onStar-offStar-off
La Résurrection du Christ (2016) dvd

SYNOPSIS :

Clavius, un puissant tribun militaire romain, et son aide de camp Lucius sont chargés de résoudre le mystère entourant ce qui est arrivé à un Hébreu nommé Yeshua après sa crucifixion. S'ils veulent empêcher une insurrection à Jérusalem, ils doivent à tout prix mettre fin aux rumeurs assurant qu'un Messie est revenu d'entre les morts...

Réalisé par :

Kevin Reynolds

PHOTOS DU FILM :

FORMAT DISPONIBLE Audio Sous-titres Public Durée IMAGE SON Pays
Blu-ray
DVD
FRENDE FRNLEN 16 103 Min 16/9 (2.40:1) Dolby Digital États-Unis
1 critique
Trier par :

    Marc Publié le 26/08/2016

  • user-thumb
    5_pen_3_fr (1819 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-offStar-off

    Sa critique : Dans le cas de cette production d’inspiration biblique dépourvue de la volonté iconoclaste qui caractérisait le “Noé” de Darren Aronofski ou, plus anciennement, “La dernière tentation du Christ” de Scorcese, on se doute que les riches organisations protestantes et évangéliques américaines ont financé partiellement le film et ont donc eu leur mot à dire sur son contenu. “La résurrection du Christ” ne vise donc pas à remettre quoi que ce soit en cause dans le dogme ou à écarter la transcendance au profit de l’histoire mais à offrir une nouvelle lecture du pilier central de la foi chrétienne. Contrairement à la vision doloriste exposée dans “La passion du Christ” de Mel Gibson, cette “Résurrection du Christ” dispose de quelques arguments à même d’intéresser athées et autres hérétiques. Tout d’abord, le récit se déroule d’un point de vue romain, plus précisément celui d’un centurion romain pragmatique et sceptique, à qui Pilate demande de retrouver le cadavre du crucifié avant que les agitateurs juifs qui empoisonnent son mandat de gouverneur ne transforment cette disparition en prétexte spirituel pour se soulever contre l’occupant romain. Cette première moitié du film s’apparente à une transposition des “Experts” dans la Judée antique, avec collecte d’indices, interrogatoires de témoins, filatures, ou encore exhumation et autopsie de cadavres pour un résultat à la fois original et intéressant puisque toute spiritualité et croyances magiques évacuées, ce sont les impacts politiques et sociaux de ces événements qui perturbent l’administration romaine. Bien entendu, à un moment donné, le film se retrouve forcé d’abattre ses cartes et d’admettre la Résurrection comme un fait avéré. La suite coule de source : le Romain remise sa logique et ses ambitions personnelles au placard et attrape la Foi avec la rapidité d’une vilaine grippe. La seconde moitié du film n’échappe donc pas à un certain prosélytisme naïf, à une imagerie parfois kitsch et à la faiblesse de ses interprètes principaux (Jésus est maori, le centurion est Joseph Fiennes) : l’unique originalité de cette section reste néanmoins de présenter les disciples comme des sortes de hippies de basse extraction débordant d’enthousiasme enfantin et non comme des barbus hiératiques pleinement conscients du moment historique qui se joue. Au final, le résultat reste en demi-teinte, et s’adresse surtout aux croyants convaincus que les voies du Seigneur n’ont rien à perdre à faire un crochet par Hollywood. Rien que pour sa première partie complètement atypique dans sa représentation du Fait divin, le résultat mérite, lui aussi, un détour.

    0 Smiley_yes   2 Smiley_no