COMME NOS MILLIERS D'ABONNES
DECOUVREZ LE MEILLEUR DU CINEMA SUR DVDPOST


PLUS DE 20.000 TITRES

Le Ciel Attendra (2016)

Emotion/drame

(6 votes)
Star-onStar-onStar-onStar-offStar-off
Le Ciel Attendra (2016) dvd

SYNOPSIS :

Sonia, 17 ans, a failli commettre l'irréparable pour "garantir" à sa famille une place au paradis. Mélanie, 16 ans, vit avec sa mère, aime l'école et ses copines, joue du violoncelle et veut changer le monde. Elle tombe amoureuse d'un "prince" sur internet. Elles pourraient s'appeler Anaïs, Manon, Leila ou Clara, et comme elles, croiser un jour la route de l'embrigadement... Pourraient-elles en revenir ?

PHOTOS DU FILM :

FORMAT DISPONIBLE Audio Sous-titres Public Durée IMAGE SON Pays
DVD
FRAFR FR all 90 Min 16/9 (2:35) compatible 4/3 Dolby Digital France
2 critiques
Trier par :

    Marc Publié le 09/10/2017

  • user-thumb
    5_pen_3_fr (1757 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-onStar-off

    Sa critique : Il est toujours risqué de tourner un film sur les mécanismes de la radicalisation islamique alors qu’aucun profil-type n’a été identifié à ce jour et qu’il existe apparemment autant de processus qu’il y a d’histoires et de vécus personnels. “La désintégration” de Philippe Faucon, encensé il y a quelques années, ne semble ainsi déjà plus vraiment à jour. Alors que les spécialistes, auto-proclamés ou non, rivalisent d’argutie pour imposer leur vérité et que les politiques de toutes obédiences inscrivent le sujet à l’ordre du jour de leurs intérêts électoraux, c’est pourtant du cinéma qu’on obtiendra finalement un témoignage un tant soi peu éclairant, en tout cas frappé du scéau de la sincérité et qui ne prétend détenir ni les clés de compréhension définitive ni la solution miracle à ce problème contemporain majeur. “Le ciel attendra” est basé sur les travaux et l’expérience de l’anthropologue Dounia Bouzar, figure écoutée, quoique controversée, sur les problématiques liées à la radicalisation et à la déradicalisation, et qui joue d’ailleurs son propre rôle dans le film : ce sont deux histoires personnelles, deux exemples parmi d’autres qui n’ont pas la prétention de résumer tous les parcours particuliers que la cinéaste, qui a déjà quelques jolis films sur l’adolescence à son actif, reproduit sans jugement moral. La première, fille rebelle d’un couple mixte, arrêtée avant qu’elle ait pu commettre l’irréparable, va entamer un long périple hors de l’obscurité, malgré les contraintes judiciaires, l’hostilité et l’incompréhension de son père et le regard des autres. L’autre est une ado intelligente et sans histoires, musicienne, engagée dans l’humanitaire, qu’un contact fortuit sur Internet va propulser dans une logique extrémiste. Deux parcours en miroir que la réalisatrice suit avec tact, neutralité et une connaissance certaine des tourments adolescents même si, compte tenu de ce couplage de deux thématiques sur lesquelles chacun sent bien vite pousser les ailes d’un avis autorisé, le résultat suscitera sans doute des opinions assez tranchées. Pour ma part, j’ai suffisamment de respect pour une oeuvre qui ne prétend pas à tirer des généralités abusives sur base de deux histoires parmi d’autres, et semble avoir pour principal conclusion que cette problématique en cours défie toute tentative d’analyse et de catégorisation et que le choix de l’obscurantisme religieux dépend d’un subtil agencement de facteurs qui peut potentiellement concerner des esprits jusqu’alors insoupçonnables.

    0 Smiley_yes   0 Smiley_no

  • dolores Publié le 06/12/2016

  • user-thumb
    5_pen_2_fr (489 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-onStar-off

    Sa critique : Film qui a fait le buzz, surtout en France, et dont les critiques sont assez nombreuses. D'abord, j'ai envie d'écrire que s'il s'inspire de faits réels, ce film est avant tout une fiction. Ensuite, il aborde la radicalisation d'un point de vue très particulier et annoncé comme tel (il est reproché de simplifier le processus - peut-il en être autrement en 1h 44 ?) : les jeunes filles mineures, françaises et non issues d'un milieu musulman.Finalement la personnalité de Dounia Bouzar (qui joue y son propre rôle) fait débat. Je pense qu'au lieu de s'enflammer pour ce genre de "broutilles", on ferait mieux de regarder le film : s'il parle d'une réalité tronquée ( ce type de radicalisation n'exclut pas d'autres "proies"),, il l'assume par conséquent il me semble grotesque de ne pas en tenir compte. A aucun moment, je n'ai ressenti l'impression que la réalisatrice imposait ce modèle comme le seul qui soit. Plutôt que de profiter de l'occasion de se taire en prêtant des intentions là où le propos est cerné et clairement annoncé, la plupart des journalistes, critiques et blogueurs feraient bien de réfléchir ... cela éviterait les arguties pédantes et le monopole de la parole ou de l'image.J'ai aimé ce film précisément parce qu'il est nuancé, ne prétend à rien d'autre que de montrer une toute petite partie de la réalité (et c'est déjà assez triste sans aller ajouter de la bêtise à des propos hors contexte). Sa facture n'est sans doute pas exceptionnelle (hors l'éclatement des récit dans un premier temps) mais la réalisatrice s'est concentrée sur le propos. Les trajectoires se croisent et sont inversées, totalement : au retour à la raison de l'une correspond la descente aux enfers de l'autre. C'est un film dur, parfois pesant et instructif n'en déplaisent aux discutailleurs professionnels et dont l'interprétation est impressionnante.

    4 Smiley_yes   0 Smiley_no