COMME NOS MILLIERS D'ABONNES
DECOUVREZ LE MEILLEUR DU CINEMA SUR DVDPOST


PLUS DE 20.000 TITRES

Les Animaux Fantastiques (2016)

Fantastique, Aventure, Enfants & Famille

(42 votes)
Star-onStar-onStar-onStar-halfStar-off
Les Animaux Fantastiques (2016) dvd

SYNOPSIS :

Les aventures de Norbert Dragonneau, l'auteur du livre Les Animaux Fantastiques qu'étudiait Harry Potter.
1926. Norbert Dragonneau rentre à peine d'un périple à travers le monde où il a répertorié un bestiaire extraordinaire de créatures fantastiques. Il pense faire une courte halte à New York mais une série d'événements et de rencontres inattendues risquent de prolonger son séjour. C'est désormais le monde de la magie qui est menacé.

Réalisé par :

David Yates

PHOTOS DU FILM :

FORMAT DISPONIBLE Audio Sous-titres Public Durée IMAGE SON Pays
Blu-ray
Blu-ray 3D
DVD
FRENDEIT FRNL 10 127 Min 16/9 (2.40:1) Dolby Digital États-Unis
5 critiques
Trier par :

    Marc Publié le 12/02/2018

  • user-thumb
    5_pen_3_fr (1831 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-offStar-off

    Sa critique : Mine de rien, cela fait déjà six ans que la franchise Harry Potter a tiré le rideau sur grand écran. Pour le spectateur, une franchise à succès remplaçant l’autre, d’autres rendez-vous annuels ont été pris...mais les studios ont mis ce délai à profit pour réfléchir au meilleur moyen de ressusciter la manne providentielle que représentaient les aventures du petit sorcier...et la solution miraculeuse a fini par se présenter d’elle-même : d’un ouvrage de référence fictif cité à quelques reprises à travers la saga littéraire, J.K. Rowling avait tiré un complément au Potterverse et quelques rentrées d’argent substantielles. On lui offrit d’en développer quelque chose spécifiquement pour le cinéma : le résultat tient d’une sorte d’épisode de la saga en costumes d’époque puisque l’action se déroule dans les années 20, autour des pérégrinations du mago-zoologiste Norbert Dragonneau, collectionneur et protecteur des créatures magiques les plus singulières. On ne peut évidemment comparer que ce qui est comparable : lorsque “Harry Potter à l’école des sorciers” pointa le bout de son nez en 2001, l’univers était déjà parfaitement connu des fans qui avaient dévoré les quatre premiers bouquins. Ici, tout reste encore à inventer...ce qui peut expliquer cette impression persistante d’un blockbuster lacunaire et superficiel, dont le scénario assez sommaire donne l’impression de n’exister que pour permettre de reconstituer ce New York des Années Folles, celui des clubs de jazz, des gangsters en trench-coat et de la prohibition, ainsi que le bestiaire fabuleux qui donne son titre au film. Peut-être le fait que les protagonistes soient ici des adultes, et pas des enfants progressivement confrontés à la dureté du monde joue-t-il également un rôle, en accroissant le niveau des attentes vis-à-vis d’un film qui ne cherche après tout qu’à reconquérir les fans de la première heure aujourd’hui quasiment trentenaires ? Quoiqu’il en soit, malgré quelques jolies scènes ici et là (spécialement dans le “zoo” à l’intérieur de la valise), il manque au résultat un peu de cette “magie” - c’est le cas de le dire! - qui faisait briller la saga Harry Potter, même dans ses opus les plus faiblards. Le spectacle est loin d’être déplaisant mais on a l’impression d’assister, une fois de plus, au déroulement sans surprises de l’éternel cahier des charges du film d’action/aventures contemporain. Comme tout épisode fondateur, celui-ci a la lourde tâche d’installer un tout nouveau cadre (les principes fondamentaux du Potterverse étant aujourd’hui bien connus) et de rallier le maximum de spectateurs à sa cause en un peu plus de deux heures : j’ai donc envie de me montrer indulgent : après tout, quelques éléments, en germe, semblent dignes d’intérêt, comme le portrait de cette Amérique (déjà) ultra sécuritaire, portée sur la religiosité fanatique et rendue paranoïaque par la crainte de la subversion intérieure, ou la personnalité même du héros, un intellectuel bienveillant mais parfois proche de l’autisme. On attendra donc les épisodes suivants pour déterminer si ce spin-off mérite d’être considéré à l’égal de son modèle, ou si J.K. Rowling a bassement succombé à l’envie de thésauriser sur son succès mondial, au risque d’entacher la bonne réputation dont elle jouissait jusqu’ici.

    0 Smiley_yes   0 Smiley_no

  • Yves Publié le 07/11/2017

  • user-thumb
    4_pen (50 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-offStar-off

    Sa critique : Plutôt 4 étoiles pour nos ados, plutôt 2 pour nous: j'ai coupé la poire en deux à 3 étoiles. Un univers original et prenant, des créatures réussies, des effets spéciaux superbes... Mais pas de scénario: on a droit à une suite de scènes de "safari magique" avec un fil conducteur ténu, le scénario principal tenant sur un timbre-poste. On a l'impression d'une "mise en place" (décor, personnages centraux, mécanismes, ambiance...) pour une série à venir.

    0 Smiley_yes   0 Smiley_no

  • Anne Publié le 12/08/2017

  • user-thumb
    5_pen_3_fr (761 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-onStar-off

    Sa critique : J'avais un doute concernant ce retour à l'univers de Harry Potter - que j'ai suivi en son heure. J'ai été agréablement surprise - sachant que je n'ai point lu l'oeuvre écrite. J'aime beaucoup Eddie Redmayne et j'ai apprécié son approche de "magizoologist". On sait évidemment dès le départ qui est le méchant sorcier et cela gâche un peu l'intrigue. Le numérique parvient à créer des créatures fabuleuses et des effets spéciaux virevoltants. Le tout donne un bon spectacle sans prétention.

    0 Smiley_yes   2 Smiley_no