COMME NOS MILLIERS D'ABONNES
DECOUVREZ LE MEILLEUR DU CINEMA SUR DVDPOST


PLUS DE 20.000 TITRES

Rogue One : A Star Wars Story (2016)

Action, Aventure, Science-fiction

(8 votes)
Star-onStar-onStar-onStar-onStar-off
Rogue One : A Star Wars Story (2016) dvd

SYNOPSIS :

Situé entre les épisodes III et IV de la saga Star Wars, le film nous entraîne aux côtés d'individus ordinaires qui, pour rester fidèles à leurs valeurs, vont tenter l'impossible au péril de leur vie. Ils n'avaient pas prévu de devenir des héros, mais dans une époque de plus en plus sombre, ils vont devoir dérober les plans de l'Étoile de la Mort, l'arme de destruction ultime de l'Empire.

Réalisé par :

Gareth Edwards
Regarder en streaming Ajouter Ajouter à ma liste VOD Bande-annonce
Nouvelle sortie
VOD WALT DISNEY
coût 2 crédits

PHOTOS DU FILM :

FORMAT DISPONIBLE Audio Sous-titres Public Durée IMAGE SON Pays
Blu-ray
Blu-ray 3D
DVD
VOD
FREN FRNLEN 12 128 Min 16/9 compatible 4/3 Dolby Digital États-Unis
3 critiques
Trier par :

    Anne Publié le 20/03/2017

  • user-thumb
    5_pen_3_fr (716 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-onStar-off

    Sa critique : Une belle surprise que ce numéro "parallèle" dans l'univers tant connu qu'est Star Wars. Pas de Jedi mais des allusions à la Force, uniquement un zeste de sabre laser, et de nombreux clins d'oeil à la saga principale (auxquels il faut être attentif puisque distillés de manière subtile).Les acteurs sont bons, les effets spéciaux sont virevoltants et réussis.Bref, un bon spectacle !

    0 Smiley_yes   0 Smiley_no

  • Samuel Publié le 08/01/2017

  • user-thumb
    5_pen_2_fr (391 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-onStar-on

    Sa critique : De l'excellent space-opera avec des nouveaux personnages, des nouvelles planètes, des nouveaux vaisseaux...bref du bon spectacle! L'action se passe entre les épisodes III et IV de la saga principale Star Wars. Les rebondissements sont au rendez-vous, l'humour aussi. Les effets spéciaux, comme on peut s'y attendre, sont vraiment bien réussis. Le jeu des acteurs est plus qu'honnête, et j'ai eu un coup de cœur pour K-2SO. J'ai eu l'opportunité de voir le film en 3D et c'était grandiose! Vraiment à voir pour les fans, comme pour ceux qui aiment un bon divertissement de science-fiction.

    0 Smiley_yes   0 Smiley_no

  • Marc Publié le 22/12/2016

  • user-thumb
    5_pen_3_fr (1700 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-onStar-on

    Sa critique : Après un “Episode VII” incertain, on se tenait tout prêt à dégommer “Rogue one”, seconde victime expiatoire de l’arrivée de la franchise dans l’escarcelle d’une multinationale prête à décliner le mythe de toute les façons possibles pour autant que cela se traduise par des rentrées d’argent à neufs zéros. Franchement, en sept épisodes, on avait assisté à la naissance et à la chute de l’Empire, à la damnation d’Anakin, à l’agonie de l’ordre Jedi, à la destruction de deux Etoiles Noires et même à une sauvage guérilla d’ewoks : comment, dans ces conditions, Disney pouvait-il croire qu’on allait se passionner pour les tribulations du petit personnel ? Car dans “Rogue one”, c’est de cette mission visant à dérober les plans de l’Etoile Noire, brièvement citée dans l’épisode IV, qu’on parle...et, contre toute attente, du meilleur épisode de Star Wars sorti depuis des temps immémoriaux (1980, donc), nettement supérieur au film de J.J. Abrams et, évidemment, à la prélogie de George Lucas. Il est vrai que Gareth Edwards, aux commandes de cette réussite inattendu, n’a rien d’un bleu ou d’un faiseur maladroit : découvert avec un intrigant petit budget d’invasion Alien intimiste, le Britannique avait réussi à faire du remake du film de monstre géant le plus éculé un des Blockbusters les plus passionnants de 2014. Mais on a bien vu que le cadeau que constituait l’opportunité de tourner un épisode de la saga Star Wars pouvait vite se transformer en fardeau, y compris pour un réalisateur confirmé qui avait brillamment réussi à donner un coup de jeune à cet autre monument qu’est “Star Trek” : prisonnier des exigences de la production, des attentes démesurées des fans, d’un carcan narratif envahissant et d’un ton dont les bases furent établies voici 39 ans, Abrams avait tenté de contenter tout le monde pour un résultat qui ressemblait moins à un nouveau film qu’à un exercice de synthèse. “Rogue one” bénéficie donc fortement du pas-de-côté officiel qu’il représente, étant “une” histoire dans l’univers Star Wars mais pas “l’histoire” de Star wars : les enjeux peuvent ainsi y être ramenés à une échelle plus humaine. Certes, l’objectif est toujours de sauver la galaxie en dérobant les plans de l’arme ultime mais la mission ne comptera aucun jedi, aucun héros annoncé par des prophéties, aucun complexe freudien résolu à coup de sabre-laser, juste des types qui vont au turbin, dans la boue et sous la mitraille, sans grand espoir d’en sortir vivants : si on pouvait nourrir quelques craintes quant à la décision de Disney de tourner des scènes additionnelles eu égard à une certaine âpreté visuelle, “Rogue one” n’en demeure pas moins, dans ses scènes de bataille, un véritable film de guerre, nerveux et sans concessions, davantage porté sur l’efficacité que sur l’iconisation gratuite. La gageure était de pouvoir conserver “l’esprit Star Wars” dans ce qu’il a de plus universel tout en l’épurant de ses composantes les plus discutables, et “Rogue one” y est parvenu au-delà de toute espérance ! Dans le même ordre d’idée, les clins d’oeil aux autres épisodes sont de la partie mais amenés plus subtilement, sans qu’on éprouve l’impression que Edwards les agite sous le nez des spectateurs avec l’insistance d’un colporteur. Pour mériter son statut d’électron libre au sein de la franchise, c’est bien de cette manière que “Rogue one” devait fonctionner. Et, l’expérience ayant porté ses fruits, il reste à espérer que c’est aussi comme ça que fonctionneront les prochains volets de la saga, spin-off et épisodes “officiels” inclus !

    1 Smiley_yes   0 Smiley_no