COMME NOS MILLIERS D'ABONNES
DECOUVREZ LE MEILLEUR DU CINEMA SUR DVDPOST


PLUS DE 20.000 TITRES

Tous en Scène (2016)

Dessins animés, Animation

(9 votes)
Star-onStar-onStar-onStar-offStar-off
Tous en Scène (2016) bluray

SYNOPSIS :

Buster Moon est un élégant koala qui dirige un grand théâtre, jadis illustre, mais aujourd'hui tombé en désuétude. Buster est un éternel optimiste, un peu bougon, qui aime son précieux théâtre au-delà de tout et serait prêt à tout pour le sauver. C'est alors qu'il trouve une chance en or pour redorer son blason tout en évitant la destruction de ses rêves et de toutes ses ambitions: une compétition mondiale de chant. Cinq candidats sont retenus pour ce défi: Une souris aussi séduisante que malhonnête, un jeune éléphant timide dévoré par le trac, une truie mère de famille débordée par ses 25 marcassins, un jeune gorille délinquant qui ne cherche qu'à échapper à sa famille, et une porc épic punk qui peine à se débarrasser de son petit ami à l'égo surdimensionné pour faire une carrière solo. Tout ce petit monde va venir chercher sur la scène de Buster l'opportunité qui pourra changer leur vie à jamais.

PHOTOS DU FILM :

FORMAT DISPONIBLE Audio Sous-titres Public Durée IMAGE SON Pays
Blu-ray
DVD
VOD
FRNLENVLIT FRNLENITRO 6 108 Min 16/9 compatible 4/3 (1.85) DTS HD États-Unis
1 critique
Trier par :

    Marc Publié le 06/11/2017

  • user-thumb
    5_pen_3_fr (1739 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-offStar-off

    Sa critique : J’étais assez mal disposé vis-à-vis de ce film d’animation et plutôt satisfait d’avoir échappé à la séance au cinéma avec enfants. C’est que les comédies musicales et moi, vous savez….certains des pires moments de ma vie sont liés à des comédies musicales et pas parce que je traversais des trucs moches dans ma vie en parallèle : non, simplement parce que j’étais assis dans un fauteuil en train de regarder une comédie musicale. Cela fait pourtant quelques temps qu’un changement semblait s’amorcer : alors que je me découvre un intérêt pour les sucreries, les tisanes et les plaids en pilou, un jour ou l’autre, je le savais, les comédies musicales allaient suivre. En fait de comédie musicale, “Tous en scène” tiendrait plutôt de la version animée et animalière d’un télé-crochet à la The Voice, avec les couacs, les crises de trac, les rivalités et les accès d’aquoibonisme qui rythment l’entraînement de ces “Nouvelles Stars” à obsolescence rapide. En parlant d’obsolescence rapide je suis tout à fait persuadé qu’à miser sur des chansons de Taylor Swift, Katie Perry ou Ariana Grande (mais, pour rendre justice au film, on entend aussi Queen, Elton John et Frank Sinatra), “Tous en scène” est voué à un oubli encore plus rapide que les films de Kev Adams ou les Hand spinners : en somme, il s’agit d’un produit futé, sans aucune doute...mais un grand film d’animation intemporel, jamais ! Curieusement, même si le studio d’animation est différent, on ne parvient pas à se défaire de l’impression d’assister à un micro-événement, en l’occurrence, la préparation d’un gala musical pour sauver un théâtre de la ruine - qui se déroulerait dans l’univers de “Zootopia”, la facture visuelle des deux films étant en outre assez proche. “Tous en scène”, son scénario quelconque et son cortège de valeurs positives prévisibles, ne constitue évidemment pas un concurrent sérieux pour le Disney, film d’animation doté de multiples niveaux de lecture de ces dernières années et l’un des plus réussis de ces dernières années...mais “Tous en scène” sauve la mise grâce à une constante des productions Illumination : les à-côté y valent généralement plus que la trame principale. Entre la souris flambeuse aux relations douteuses avec la mafia, l’éléphante aux origines modestes paralysée par le trac, la truie épuisée par la gestion de ses vingt-cinq porcelets, le gorille qui veut quitter son gang pour pousser la chansonnette ou la porc-épic punkette, chacun des personnages principaux est à la fois simple et parfait dans son rôle. D’une manière générale, les intrigues secondaires sont excellemment menées et l’anthropomorphisme de cet univers déborde d’originalité et de drôlerie, de la même manière que les Minions constituent l’attraction principale de “Moi, moche et méchant” ou que je me souviens en priorité du lapin diabolique et du carlin névrosé dans “Comme des bêtes”. Quant à la partie musicale...hé bien, vu la sympathie que j’éprouve pour le reste, elle ne m’a pas dérangée...elle fait même preuve de suffisamment de démesure et de science de la mise en scène pour que je me sois surpris à taper du pied en mesure de temps à autre…!

    0 Smiley_yes   0 Smiley_no