COMME NOS MILLIERS D'ABONNES
DECOUVREZ LE MEILLEUR DU CINEMA SUR DVDPOST


PLUS DE 20.000 TITRES

Quelques Minutes Après Minuit (2016)

Emotion/drame, Fantastique

(19 votes)
Star-onStar-onStar-onStar-onStar-off
Quelques Minutes Après Minuit (2016) dvd

SYNOPSIS :

Conor a de plus en plus de difficultés à faire face à la maladie de sa mère, à l'intimidation de ses camarades et à la fermeté de sa grand-mère. Chaque nuit, pour fuir son quotidien, il s'échappe dans un monde imaginaire peuplé de créatures extraordinaires. Mais c'est pourtant là qu'il va apprendre le courage, la valeur du chagrin et surtout affronter la vérité...

Réalisé par :

J.A. Bayona

PHOTOS DU FILM :

FORMAT DISPONIBLE Audio Sous-titres Public Durée IMAGE SON Pays
Blu-ray
DVD
FREN FRNL 12 108 Min 16/9 (2.40:1) Dolby Digital États-Unis
3 critiques
Trier par :

    Marc Publié le 22/05/2018

  • user-thumb
    5_pen_3_fr (1838 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-onStar-on

    Sa critique : Il fut un temps où les contes (ou en tout cas leur adaptation au cinéma) respectaient intégralement leur vocation initiatique. Un temps où personne n’aurait imaginé un seul instant que les enfants étaient de petites choses fragiles qu’il fallait à tout prix préserver des horreurs de la réalité en édulcorant tout message dont ils risqueraient de se souvenir. Victimes consentantes de cette auto-censure, les rares réalisateurs qui s’attaquent aujourd’hui à l’exercice périlleux du Film-Dramatique-à-hauteur-d’enfant ne savent plus vraiment comment faire pour traiter les sujets douloureux, et soit saupoudrent le tout d’un humour infantile totalement déplacé, soit l’engluent dans des ficelles à ce point mélodramatiques que le résultat ne fait plus appel qu’à une émotion conditionnée, là où il devrait susciter l’introspection et l’empathie : dans tous les cas de figure, ils s’y prennent mal. Pourtant, à la base, le genre réclame quand même un minimum de pathos pour lancer la machine et, de ce point de vue, le petit Connor est verni, si on peut dire, coincé entre la mort annoncé d’une maman, un père absent et peu décidé à prendre son fils en charge et une grand-mère qui semble incapable de prodiguer l’affection dont le gosse aurait tant besoin dans ces circonstances difficiles. On ne spoile pas grand chose en révélant que l’arbre terrifiant, brutal mais bienveillant à sa façon, qui lui rend visite toutes les nuits n’est que la projection d’une psyché dévastée par la douleur et l’incompréhension, une création subconsciente dont la vocation, à travers les contes qu’il inculque au petit, est de l’aider à franchir cette épreuve douloureuse, en lui rappelant que les choses ne sont jamais aussi binaires qu’elles en ont l’air, que tout le monde a de bonnes raisons d’agir d’une certaine façon et que la vérité qu’on se retient de faire éclore est généralement la condition impérative pour franchir une épreuve périlleuse. Partant de là, entre autres pour les motifs exposés plus haut, on pouvait craindre qu’un projet aussi débordant d’émotions et d’allégories manque foncièrement de tenue, tant il semble devenu compliqué de nos jours d’appliquer valablement une science qui semble s’être perdue en cours de route depuis les années 80 (époque à laquelle elle avait donné lieu à d’authentiques chefs d’oeuvre comme ‘La compagnie des loups’ ou même, en beaucoup plus léger et enfantin, ‘L’Histoire sans fin’). Il aura donc fallu attendre ces ‘Quelques minutes après minuit’ , réalisé par Juan Antonio Bayona sous la supervision jalouse de l’auteur du livre original, Patrick Ness, pour bénéficier d’un tel petit miracle : voici un trop rare exemple d’oeuvre qui s’affiche ouvertement comme dramatique tout en se nourrissant d’une imagerie Dark Fantasy convaincante, qui parvient à s’adresser simultanément à un public de pré-ados et à leurs parents grâce à une parfaite maîtrise des mécanismes implicites universels du conte, séduit autant par la force de l’histoire que par la réussite de ces séquences animées qui s’insèrent sans heurts dans la trame principale et surtout, ne semble pas redouter d’aborder son sujet - le deuil - à bras-le-corps, pleinement conscient de sa violence potentielle, sans chercher à l’étouffer sous l’émotion facile en recourant aux multiples déviations émotionnelles mises en place par les réalisateurs qui n’ont pas le courage ni le respect de leur sujet. On en retiendra que la niaiserie de la majeure partie des teenage-movies n’est décidément pas une fatalité...

    0 Smiley_yes   0 Smiley_no

  • Anne Publié le 02/08/2017

  • user-thumb
    5_pen_3_fr (742 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-onStar-off

    Sa critique : Un drame teinté de fantastique qui parvient à jongler entre les styles, porté par d'excellents acteurs (Lewis MacDougall est impressionnant de justesse).Un bon moment cinéma.

    0 Smiley_yes   0 Smiley_no

  • Samuel Publié le 07/05/2017

  • user-thumb
    5_pen_2_fr (435 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-onStar-on

    Sa critique : A nouveau il s'agit d'une histoire tirée d'un roman éponyme de Patrick Ness, dont le film est scénarisé par ce même auteur.Un conte intelligent, moderne, réaliste dans le fantastique, si je puis dire. Le jeune Lewis MacDougall est très convaincant parmi les pointures adultes. Les effets spéciaux sont très réussis, le scénario aborde plusieurs thématiques et incite à pas mal de réflexions.A l'écran ce n'est pas tellement effrayant mais je dirais que c'est à déconseiller aux plus jeunes tout de même, car des passages sont impressionnants. Du cinéma intelligent et divertissant, à recommander certainement pour bien commencer l'année.

    2 Smiley_yes   0 Smiley_no