COMME NOS MILLIERS D'ABONNES
DECOUVREZ LE MEILLEUR DU CINEMA SUR DVDPOST


PLUS DE 20.000 TITRES

The Birth of a Nation (2016)

Emotion/drame, Historique, Biographie

(11 votes)
Star-onStar-onStar-onStar-halfStar-off
The Birth of a Nation (2016) bluray

SYNOPSIS :

En un temps précédant la Guerre Civile américaine, Nat Turner est un prédicateur et un esclave cultivé. Son propriétaire, Samuel Turner, financièrement sous pression, accepte une offre visant à utiliser les dons de prédication de Nat dans le but d'assujettir des esclaves indisciplinés. Après avoir été témoin des atrocités commises à l'encontre de ses camarades opprimés, Nate conçoit un plan qui peut conduire son peuple vers la liberté.

Réalisé par :

Nate Parker

PHOTOS DU FILM :

FORMAT DISPONIBLE Audio Sous-titres Public Durée IMAGE SON Pays
Blu-ray
DVD
FRENDEIT FRNLENDEIT 16 120 Min 16/9 (2.40:1) DTS HD États-Unis
2 critiques
Trier par :

    Marc Publié le 02/01/2018

  • user-thumb
    5_pen_3_fr (1788 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-offStar-offStar-off

    Sa critique : Le titre du film n’est évidemment pas anodin : il y a un siècle, D.W. Griffiths signait de la même façon la première superproduction de l’histoire du cinéma américain, une fresque épique sur la guerre de sécession qui prenait ouvertement le parti de la Confédération et dénonçait les dangers de l’égalité raciale. Le fait que ce label historique soit aujourd’hui repris pour un biopic consacré à une figure de l’historiographie afro-américaine fait donc clairement preuve d’une certaine ironie La figure en question, c’est celle de Nat Turner, un prêcheur noir qui, dans les années 1830, prit la tête d’une brève mais sanglante révolte d’esclaves. Ecrasée en 48 heures après que les révoltés aient assassiné quelques dizaines de propriétaires sudistes, la mutinerie provoqua un durcissement de la condition des esclaves dans les Etats du Sud et fut donc l’un des déclencheurs de la guerre de sécession 30 ans plus tard. A posteriori, une étrange analogie s’impose : l’histoire de cette révolte brutale et inattendue, résultat de trop d’années à courber l’échine face à l’ethnie dominant mais dont l’étincelle est un drame personnel, cette rébellion qui vise à conquérir sa liberté en faisant régner la terreur et dont le réalisateur est de tous les plans, on l’a déjà vue, il y a vingt ans, avec un type en kilt ! Le temps que Parker aura mis pour écrire, trouver les financements et réaliser son film - 7 ans! - , l’opportunité d’être le premier réalisateur afro-américain à traiter de la période esclavagiste lui sera passée sous le nez, Steve McQueen et son remarquable “Twelve years a slave” étant passés par là. Potentiellement oscarisable mais tué dans l’oeuf pour une histoire de viol dont se seraient rendus coupables le réalisateur et son scénariste il y a une quinzaine d’années, “The birth of a nation” n’est pas déplaisant à suivre : sa violence très crue, source de multiples polémiques, ne me choque pas vraiment même si elle impacte curieusement moins le spectateur que dans d’autres films où elle est exposée de manière moins frontale. Le principal problème du film est qu’il manque de subtilité: il ne fait que repasser par toutes les étapes obligatoires où tant d’autres films sont passés avant lui. D’autre part, Nate Parker était sans doute tellement emballé à l’idée de filmer la révolte - qui ne dure pourtant qu’une vingtaine de minutes à l’écran - qu’il en a négligé de soigner les détails qui auraient rendu le personnage passionnant, au lieu d’en faire une décevante incarnation unidimensionnelle du combat contre l’injustice: Nat Turner était convaincu que seule l’action violente pourrait amener les blancs à négocier, et les suite des événements lui a indirectement donné raison. A l’écran, le réalisateur abuse des scènes qui ramènent à une sorte de syncrétisme entre croyances africaines enfouies et lecture scolastique de la Bible : Parker commence par trouver dans le livre saint ce qui justifie l’obéissance aux maîtres, avant d’en tirer ce qui cimentera sa révolte. Il en ressort le portrait d’un messie illuminé et sanguinaire, ce qui était sans doute ce que ses ennemis de l’époque ont vu en lui mais sans doute pas l’image que Parker voulait laisser à la postérité.

    0 Smiley_yes   0 Smiley_no

  • Anne Publié le 23/09/2017

  • user-thumb
    5_pen_3_fr (739 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-offStar-off

    Sa critique : Un film solide et sobre - peut-être un peu trop ? Certaines scènes sont également particulièrement violentes. A savoir avant de le visionner.

    0 Smiley_yes   0 Smiley_no