Manchester by the Sea (2016)

Emotion/drame

(21 votes)
Star-onStar-onStar-onStar-halfStar-off
Manchester by the Sea (2016) dvd

SYNOPSIS :

Manchester by the Sea raconte l'histoire de la famille Chandler, famille de classe ouvrière du Massachusetts. Après la mort subite de Joe son frère ainé, Lee devient le tuteur légal de son neveu. Lee doit faire face à un passé tragique qui l'a séparé de sa femme Randi ainsi que de la communauté où il est né et a été élevé.

Réalisé par :

Kenneth Lonergan

PHOTOS DU FILM :

FORMAT DISPONIBLE Audio Sous-titres Public Durée IMAGE SON Pays
Blu-ray
DVD
FREN FRNL all 132 Min 16/9 compatible 4/3 (1.85) Dolby Digital États-Unis

Oscars 2017
Meilleur Acteur - Casey Affleck
Meilleur Scénario

Lire la suite

3 critiques
Trier par :

    Marc Publié le 17/12/2018

  • user-thumb
    5_pen_3_fr (1917 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-onStar-off

    Sa critique : Cinéaste rare, adepte d’une certaine idée du classicisme à la façon d’un James Gray, éminemment new-yorkais et issu du monde du théâtre, Kenneth Lonergan avait connu bien des déboires avec son précédent Long, ‘Margaret’, relégué pendant cinq ans aux oubliettes en raison d’un conflit sur le Final Cut, et sauvé de l’oubli par quelques amis acteurs et cinéastes, qui se débrouillèrent pour faire sortir ce beau film en salles au forceps, mais malheureusement dans un relatif anonymat. Le succès critique unanime de ‘Manchester by the sea’ est donc une forme de revanche pour Lonergan, qui trouve matière à révéler qu’il fait bien partie des Auteurs qui comptent (encore) au sein du cinéma américain. Manchester by the sea, c’est la ville natale des Chandler, une famille de la classe ouvrière du Massachusetts : après le décès soudain de son frère, Lee Chandler découvre qu’il a été désigné comme tuteur légal du fils adolescent de ce dernier, Patrick. L’enjeu principal de l’histoire est de savoir ce qui pousse cet homme taciturne, qui semble hanté par le passé et déterminé à l’expier de la manière la plus douloureuse qui soit, à refuser d’endosser cette responsabilité. L’explication sera apportée vers la moitié du film, entraînant un relatif fléchissement de sa force narrative et émotionnelle, puisqu’il s’agit alors de laisser le récit dériver sereinement vers une conclusion qu’on devine apaisée...mais même cette dernière section s’avère magnifique par la précision de sa mise en scène et l’implication totale de ses protagonistes. Le lent dépérissement des petites cités provinciales de l’est, le quotidien difficile des humbles dans l’Amérique d’aujourd’hui, sont évidemment évoqués, mais en filigrane, suggérés plus qu’ils ne sont exposés ou dénoncés, tout en restant indissociables de l’essence même du film...car ‘Manchester by the sea’ n’est pas une peinture sociale (ou alors, elle l’est à son corps défendant). Les actes, les silences, les souvenirs et les non-dits ébauchent peu à peu le fonctionnement du système vivant qu’est cette famille élargie : Oui, il s’agit bien d’un mélodrame familial, au sens le plus strict mais aussi le plus noble du terme, qui ne cherche jamais à tirer les larmes gratuitement et ne se retranche pas non plus derrière des poses auteurisantes ombrageuses, faute de pouvoir exprimer, clairement mais sans trop appuyer sur le curseur, les émotions et les dilemmes des Chandler. D’une précision sans failles, considérant la banalité ou même les traits d’humour comme faisant partie intégrante de la vie, même dans ses passages les plus douloureux, et promoteur de cinéma qui trouve l’exact équilibre entre reproduction scrupuleuse de la réalité et sens du romanesque, Lonergan signe ce qu’on définira sans peine comme un des films les plus “justes” et “vrais” de l’année 2016. Un dernier mot sur la casting, sans qui toute cette belle mécanique aurait tourné à vide : du plus petit rôle au plus grand, tous donnent le maximum qu’on est en droit d’attendre d’acteurs, expérimentés ou pas, sans la moindre fausse note, et il devient de plus en plus anormal que ce ne soit pas Casey, surhumain dans l’air d’en révéler beaucoup avec un jeu minimal, qui attire l’attention médiatique sur lui parmi les frères Affleck.

    0 Smiley_yes   0 Smiley_no

  • André Publié le 23/04/2018

  • user-thumb
    5_pen_2_fr (216 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-offStar-offStar-offStar-off

    Sa critique : Film trop long d’au moins 30 minutes. A la limite du navet avec ses flash-back. L’histoire est simple (on le comprend à la fin) :Lee perd ses deux enfants dans l’incendie de sa maison dû à une mauvaise manipulation de sa part.Sa femme le trompe.Son frère meurt et l’a nommé comme tuteur de son neveu.Cela ne l’intéresse pasIl finira par accepter d’être le tuteur de son neveu puis y renonce et fait adopter son neveu.Bref on suit un fil, on ne fait pas de l’acteur un être égoïste et peut-être on obtient un beau film.

    1 Smiley_yes   2 Smiley_no

  • gaetan Publié le 12/06/2017

  • user-thumb
    5_pen_3_fr (508 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-onStar-off

    Sa critique : La durée du film est ambitieuse …peut-être trop, car j’attendais avec une certaine impatience le visionnage de ce film et non pas que la déception fut présente, mais l’émotion tant (ou trop) attendue ne fut pas au rendez-vous, alors que le film porte un scénario poignant et émouvant avec un C. Affleck soutenant une rage intérieure, sans oublier cette détresse morale palpable de cette homme à la dérive. L’histoire de ce retour vers un passé douloureux et tragique et un présent chaotique est bien amené, j’aurai souhaité une présence de M.Williams bien plus grande, tant elle démontre avec justesse dans le regard qu’il y avait encore tant de mots et de sentiments en attentes dans ce couple déchiré par une épreuve du passé.

    4 Smiley_yes   0 Smiley_no