COMME NOS MILLIERS D'ABONNES
DECOUVREZ LE MEILLEUR DU CINEMA SUR DVDPOST


PLUS DE 20.000 TITRES

Les Figures de l'Ombre (2016)

Emotion/drame, Historique, Biographie

(29 votes)
Star-onStar-onStar-onStar-onStar-off
Les Figures de l'Ombre (2016) dvd

SYNOPSIS :

Le destin extraordinaire des trois scientifiques afro-américaines qui ont permis aux Etats-Unis de prendre la tête de la conquête spatiale, grâce à la mise en orbite de l'astronaute John Glenn. Maintenues dans l'ombre de leurs collègues masculins et dans celle d'un pays en proie à de profondes inégalités, leur histoire longtemps restée méconnue est enfin portée à l'écran.

Réalisé par :

Theodore Melfi

PHOTOS DU FILM :

FORMAT DISPONIBLE Audio Sous-titres Public Durée IMAGE SON Pays
Blu-ray
DVD
FREN FRNL 12 127 Min 16/9 (2.40:1) Dolby Digital États-Unis
3 critiques
Trier par :

    Marc Publié le 17/05/2018

  • user-thumb
    5_pen_3_fr (1846 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-offStar-off

    Sa critique : La Question raciale étant redevenue un de leurs thèmes de prédilection (et 4 ans de Trump ne risquent pas d’inverser la tendance ! ), les “Films-Hollywoodiens-qui-Traquent-les-Récompenses” persistent à avoir ceci de particulier qu’ils sont conçus, dans leurs moindres détails, pour émouvoir, indigner et édifier, qu’il s’agisse d’un jury de professionnels ou des spectateurs lambda, tout pareil. On sait donc très bien qu’on se fait avoir et manipuler, et même à quel moment on se fait avoir et manipuler : le tout est simplement de déterminer si on est d’accord pour se faire avoir et manipuler...mais j’ai la chance de vouloir regarder des films sérieux justement pour éprouver ce brelan d’émotions, tout comme je regarde des comédies pour me marrer et des films d’horreur pour flipper (mais là, ça marche beaucoup moins bien). Bref, ‘Les figures de l’ombre” renoue avec le contexte du mémorable et acclamé ‘La couleur des sentiments’, à savoir l’Amérique ségrégationniste des années 60; mais le procédé qui y a cours s’avère sensiblement différent. Certes, il s’agit toujours d’exposer comment, alors que la ségrégation est encore vivace à quelques années seulement de sa suppression dans la Loi, des femmes noires vont acquérir au forceps la visibilité à laquelle elles aspirent et qu’elles méritent...mais Theodore Melfi opte pour une approche moins dramatique, et même un peu plus légère que dans le commun des oeuvres du même genre. Katherine Johnson, Dorothy Vaughan et Mary Jackson sont trois brillantes mathématiciennes de la NASA mais, en raison de leur couleur de peau, elles sont reléguées à des tâches subalternes ou empêchées d’acquérir à l’université les diplômes qui leur font défaut. Contrairement aux servantes de ‘La couleur des sentiments’ qui allaient forcer le changement en témoignant de leur quotidien injuste dans la presse, les trois mathématiciennes vont simplement utiliser le cours des événements à leur avantage : alors que la NASA peine à rattraper l’avance prise par les Soviétiques, elles sauront se rendre indispensables jusqu’à que l’évidence, à savoir que l’agence spatiale ne peut se passer d’aucun des talents disponibles, s’impose à tous. Le réalisateur explore aussi en surface la vie privée de ces femmes, afin de ne pas les essentialiser dans leur rôle de combattantes pour l’égalité même si là aussi, on passe par toutes les étapes traditionnellement prisées par le cinéma américain. Plus intéressants sont les personnages de Kirsten Dunst et Kevin Costner : ni affreux ségrégationnistes convaincus ni progressistes généreux, ils font partie de la masse silencieuse qui s’accommode passivement du système - “s’en fiche complètement” serait une définition plus exacte -, et leur revirement tiendra simplement à la prise de conscience des intérêts qu’ils partagent en commun avec leur personnel de couleur. Très à l’aise dans son rôle de piqûre de rappel d’une Amérique d’autrefois qui réservait son rêve seulement à quelques uns, la seule chose qu’on pourrait finalement reprocher à ces ‘Figures de l’ombre’ est de n’être, dans le créneau des films traitant de la Question raciale aux Etats-unis, pas vraiment plus marquant qu’un autre.

    0 Smiley_yes   0 Smiley_no

  • Maman Pop Publié le 17/01/2018

  • user-thumb
    5_pen_2_fr (371 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-onStar-off

    Sa critique : Bien très bien ,"Quand on veut on peut " même quand on est de couleur, Avoir la tête bien faite, et surtout avoir le courage qu'elles ont eu .C'est à saluer bien bas , combien d'américains connaissent ces faits ?

    0 Smiley_yes   0 Smiley_no

  • Samuel Publié le 07/05/2017

  • user-thumb
    5_pen_2_fr (466 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-onStar-on

    Sa critique : En pleine course à la conquête spatiale, cette histoire méconnue nous montre le travail des femmes scientifiques qui ont contribué à rendre possible l'envoi d'hommes dans l'espace. Dans un contexte de ségrégation raciale peu évident, ces femmes extraordinaires ont su s'imposer pour montrer qu'elles existent et valent autant, si pas davantage, que les hommes blancs. Je ne connaissais pas du tout cet aspect historique et c'est important qu'un film en parle ! On voit aussi le développement des premiers ordinateurs-calculateurs, non sans rappeler un peu "The Imitation Game" (Morten Tyldum, 2015). Plusieurs passages sont traités avec humour, et le tout est très digne, très correct. Les actrices principales sont formidables, épaulées par un excellent Kevin Costner. A noter dans un second rôle : Jim Parsons, alias le physicien Sheldon Cooper de la série de CBS "The Big Bang Theory".

    3 Smiley_yes   0 Smiley_no