COMME NOS MILLIERS D'ABONNES
DECOUVREZ LE MEILLEUR DU CINEMA SUR DVDPOST


PLUS DE 20.000 TITRES

I Am not a Serial Killer (2016)

Emotion/drame, Thriller, Frisson/horreur

(1 votes)
Star-onStar-onStar-offStar-offStar-off
I Am not a Serial Killer (2016) vod

SYNOPSIS :

Dans une petite bourgade américaine, un lycéen perturbé décide de traquer le tueur en série qui sévit dans la région, un homme qui pourrait bien être l'un de ses voisins au comportement étrange...

Réalisé par :

Billy O'Brien

PHOTOS DU FILM :

FORMAT DISPONIBLE Audio Sous-titres Public Durée IMAGE SON Pays
EN NL 16 104 Min 16/9 compatible 4/3 Dolby Digital Irlande
1 critique
Trier par :

    Marc Publié le 15/01/2018

  • user-thumb
    5_pen_3_fr (1788 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-offStar-offStar-off

    Sa critique : Cette adaptation du premier volume de la série à succès du romancier américain Dan Wells n’a faisait pas partie d’une fournée de portages compulsifs initiés par les studios hollywoodiens mais a été adaptée pour l’écran par un réalisateur irlandais et modestement produite par l’Irish film board. Celui qui estime ne pas être un tueur en série s’appelle John Wayne Cleaver, adolescent au profil de sociopathe mais qui, conscient de sa particularité, met au point divers stratagèmes pour résister à ses pulsions. Travaillant comme légiste avec sa mère dans une petite ville régulièrement frappée par des meurtres bizarres, on ne peut pas dire que son environnement lui facilite la tâche..! La première chose qui saute aux yeux à la vision du film est qu’il n’obéit en rien à la logique qui voudrait qu’il se rende pop et séduisant pour initier une potentielle franchise à succès (comme, dans le même genre, le mal-aimé “Odd Thomas” avait tenté de le faire) : au contraire, il reprend à son compte la grisaille et le 16mm granuleux des drames sociaux du Vieux continent. Transposé dans un contexte Amérique, on en retire parfois une impression de “Film grunge” - le personnage principal a d’ailleurs un look à l’avenant - qui se fout un peu de la tête qu’il a et préfère la sincérité moche à l’hypocrisie racoleuse. D’ailleurs, malgré la présence d’un tueur qui vole les organes de ses victimes, “I am not a serial killer” présente très peu de violence graphique et livre au contraire un portrait d’ado désaxé plutôt convaincant, gamin trouble et paumé qui se lance sur les traces d’un tueur en série sans qu’on sache si c’est la volonté de rendre service à la communauté ou l’excitation morbide qui domine dans ses motivations. Malheureusement, à mesure que le voile du mystère se lève, le film se casse peu à peu la gueule : d’un portrait d’une époque et d’une génération convaincants, on entre alors de plein-pied dans le domaine du fantastique et de la science-fiction, jusqu’à une scène finale plus ridicule que climatique. Je ne sais pas si le bouquin empruntait la même voie...mais je suis certain qu’à l’écran, il aurait fallu agir autrement !

    0 Smiley_yes   0 Smiley_no