COMME NOS MILLIERS D'ABONNES
DECOUVREZ LE MEILLEUR DU CINEMA SUR DVDPOST


PLUS DE 20.000 TITRES

Wonder Woman (2017)

Action, Fantastique, Aventure, Super Héros

(19 votes)
Star-onStar-onStar-onStar-halfStar-off
Wonder Woman (2017) dvd

SYNOPSIS :

C'était avant qu'elle ne devienne Wonder Woman, à l'époque où elle était encore Diana, princesse des Amazones et combattante invincible. Un jour, un pilote américain s'écrase sur l'île paradisiaque où elle vit, à l'abri des fracas du monde. Lorsqu'il lui raconte qu'une guerre terrible fait rage à l'autre bout de la planète, Diana quitte son havre de paix, convaincue qu'elle doit enrayer la menace. En s'alliant aux hommes dans un combat destiné à mettre fin à la guerre, Diana découvrira toute l'étendue de ses pouvoirs... et son véritable destin.

Réalisé par :

Patty Jenkins
Regarder en streaming Ajouter Ajouter à ma liste VOD Bande-annonce
Nouvelle sortie
VOD WARNER BROS
coût 2 crédits

PHOTOS DU FILM :

FORMAT DISPONIBLE Audio Sous-titres Public Durée IMAGE SON Pays
Blu-ray
Blu-ray 3D
DVD
VOD
FRENDEIT FRNL 12 135 Min 16/9 (2.40:1) Dolby Digital États-Unis
3 critiques
Trier par :

    Marc Publié le 12/02/2018

  • user-thumb
    5_pen_3_fr (1789 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-offStar-off

    Sa critique : Je ne croyais pas beaucoup à une résurrection cinématographique de Wonder Woman en 2017 et sa petite apparition dans ‘Batman V Superman’ m’avait tout juste convaincu qu’elle ferait un sidekick décent pour des surhommes déjà bien installés dans le paysage des productions super-héroïques. Il n’y a aucune misogynie de ma part dans ce jugement, juste une méfiance justifiée vis-à-vis des productions DC : comme beaucoup de personnages de cette écurie, l’Amazone en jupette semblait beaucoup trop ringarde pour intégrer un multiverse des années 2010...quoique divers précédents Marvel et DC (Captain America, Superman,...) avaient démontré que le côté hyper vintage de certains héros n’était pas forcément un obstacle à leur modernisation. Quant au souvenir nostalgique de Lynda Carter, nonobstant le kitsch farouche de la série culte, la magnifique Gal Gadot parvient miraculeusement à la faire oublier, tout en ayant bien davantage à offrir qu’un physique et un sourire éclatant. Quoi qu’il en soit, l’arrivée de Diana Prince dans l’univers impitoyable du blockbuster super-héroïque débute comme un péplum honorable, malgré des effets numériques trop voyants, et se poursuit comme un film de guerre relativement enthousiasmant (mais sujet aux mêmes réserves) : en pleine Première guerre mondiale, flanquée d’une escouade bigarrée, Wonder Woman doit affronter un général allemand belliciste en qui elle voit la réincarnation de sa némésis Arès. Le spectacle est d’un niveau honnête : faute d’offrir les scènes d’action les plus tonitruantes ou les plus lisibles qu’on ait observées dans le créneau des adaptations de Comics, ‘Wonder woman’ retrouve un peu du charme iconique désuet des vieux sérials d’autrefois. Difficile d’évoquer un tel personnage sans parler des enjeux qui gravitent autour d’elle, notamment sa stature de premier personnage féminin à tenir la vedette dans un film de super-héros. Pour être tout à fait exact, elle n’est pas tout à fait la “première”...mais la manière dont le personnage a été conçu, de même que l’ampleur des moyens dont dispose le film, sont sans commune mesure avec la fade ‘Elektra’ incarnée par Jennifer Garner en 2005 ou l’abominable ‘Catwoman’ massacrée par Pitof en 2004, qui aura même ruiné la carrière de Halle Berry. Ici, le script tente de faire évoluer Diana, figure de preux chevalier au féminin bloquée dans sa vision mythologique et naïve du monde qui l’entoure, en une figure qui s’adapte et passe de la foi aveugle à une lecture analytique et équilibrée du monde qui l’entoure. Les autres éléments tiennent malheureusement du banal gadget dont on fait les buzz : le fait que c’est la première fois qu’un projet d’une telle envergure financière est confiée à une réalisatrice n’a aucune incidence sur le résultat, d’autant plus qu’on sent l’influence visuelle de Zack Snyder aussi nettement que s’il l’avait tourné lui-même : Patty Jenkins, acclamée voici plus de quinze ans pour le polar d’auteur ‘Monster’ ne fait ici que suivre docilement le cahier des charges Marvel, comme l’aurait fait, du reste, n’importe quel réalisateur masculin...et, à l’exception de quelques scènes plus ou moins drôles (Diana Prince confrontée aux moeurs sociales du début du 20ème siècle), le film ne s’aventure pas à explorer la condition féminine et repasse prudemment par les étapes obligatoires de toute genèse super-héroïque (formation, apprentissage des responsabilités, trahison/déception, etc…). Quand même, sa première apparition dans son costume iconique, jaillissant d’une tranchée sous la mitraille ennemie, a ce qu’il faut pour devenir “iconique”, justement. Au final, ‘Wonder woman’ est un film de superhéros plutôt réussi mais trop générique, à rapprocher pour son atmosphère du ‘Captain America’ de Joe Johnston : il n’est donc pas interdit d’espérer que sa suite soit un peu plus relevée. A défaut d’être un chef d’oeuvre, ‘Wonder woman’ bénéficie, à l’instar de ‘Man of steel’ du meilleur traitement envisageable pour un personnage de cet acabit.

    0 Smiley_yes   0 Smiley_no

  • Samuel Publié le 26/11/2017

  • user-thumb
    5_pen_2_fr (435 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-onStar-on

    Sa critique : Enième adaptation des aventures de l'héroïne (après des films, OAV et séries TV en tous genres depuis les années 1970), ce long-métrage "mouture 2017" place subtilement dans le contexte de la première guerre mondiale le personnage de Wonder Woman, attendue avec impatience depuis le décevant Batman vs Superman. Les acteurs (et actrices !) américain(e)s pour la plupart, évoluent dans des décors superbes, de l'île paradisiaque des Amazones, Themyscira,  au Londres poisseux des années '20 dont émerge la révolution industrielle. Une grande partie de l'intrigue se déroule en Belgique, ce qui est assez surprenant mais totalement plausible puisque notre pays était une plaque tournante lors de la "Grande guerre". Au cours de celle-ci, plusieurs scènes offrent du grand spectacle, de l'action et du combat de bonne facture. Des rebondissements assez inattendus interviennent aussi à des moments clés, les événements ne sont pas totalement prévisibles, ce qui est un excellent point. L'humour est présent également ça et là, un peu comme dans les productions Marvel... DC étant leur concurrent direct, bien évidemment. Comme toute adaptation de comics, les effets spéciaux, plutôt réussis, sont aussi au rendez-vous. La durée du film, 2h20, passe relativement vite, sauf quand un besoin naturel se fait sentir...ce qui fut mon cas, j'ai dû m'absenter quelques minutes avant le dernier quart d'heure. Apparemment je n'ai pas trop raté vu qu'en revenant j'ai tout de suite compris et repris l'histoire en cours de route. La morale de fin, si on veut, est le "yin et le yang", c'est-à-dire que l'homme n'est ni bon ni mauvais, il est un peu les deux et l'un ne va pas sans l'autre. A l'inverse des réalisations Marvel, il n'est pas nécessaire de rester jusqu'à la fin du générique... sauf si vous voulez lire qu'une dans l'équipe du film, un collaborateur s'appelle Steve Rogers, l'identité civile de Captain America, issu de la concurrence Marvel... et aussi qu'aucun produit du tabac n'a sponsorisé le film, d'ailleurs on n'en voit absolument aucune trace durant toute la projection, ce qui est plutôt appréciable !Deux petites anecdotes pour terminer : à aucun moment dans le film le nom "Wonder Woman" n'est cité, et il est peut-être possible de rencontrer Diana travaillant à Paris, au Louvre...

    1 Smiley_yes   0 Smiley_no

  • Anne Publié le 12/08/2017

  • user-thumb
    5_pen_3_fr (739 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-onStar-off

    Sa critique : Tous les ingrédients sont réunis pour avoir du bon spectacle et le film prend le temps de placer le décor et décrire l'origine de l'héroïne, ses croyances et ses valeurs. Gal Gadot incarne Wonder Woman avec élégance et force - un bon choix. Une histoire à suivre très bentôt dans Justice League.

    1 Smiley_yes   0 Smiley_no