COMME NOS MILLIERS D'ABONNES
DECOUVREZ LE MEILLEUR DU CINEMA SUR DVDPOST


PLUS DE 20.000 TITRES

K-Shop (2016)

Thriller, Frisson/horreur

(1 votes)
Star-onStar-onStar-onStar-offStar-off
K-Shop (2016) vod

SYNOPSIS :

Un fils modèle devient un tueur méthodique suite à l'assassinat de son père, propriétaire d'une boutique de kebab, par des jeunes trop alcoolisés.

Réalisé par :

Dan Pringle

PHOTOS DU FILM :

FORMAT DISPONIBLE Audio Sous-titres Public Durée IMAGE SON Pays
VOD
FREN FR 16 120 Min 16/9 compatible 4/3 Dolby Digital Royaume-Uni
1 critique
Trier par :

    Marc Publié le 03/04/2018

  • user-thumb
    5_pen_3_fr (1822 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-offStar-off

    Sa critique : L’argument est rigolo...enfin, il était rigolo dans ‘Les bouchers verts’ de Anders-Thomas Jensen, dans le vieux ‘Eating Raoul’ et aussi dans un nanard japonais dont j’ai oublié le nom, mais ici, il est traité avec un grand sérieux, même si le film déborde paradoxalement d’humour noir implicite et si on ne nous épargne rien du processus de transformation de la chair humaine en viande à kebab. Nocturne et brutal comme un de ces polar crapoteux dont le cinéma brit accouche parfois, gris et déprimant comme un film social du crû, ‘K-Shop’ prend un malin plaisir à brouiller les repères habituels. La mort accidentelle de son père après une altercation avec des clients oblige Salah à renoncer à ses rêves universitaires pour faire tourner le snack familial. Après une autre rixe, il tue accidentellement un client ivre et l’inclut tout naturellement dans la préparation du lendemain...et comme ça fonctionne, il ne voit bientôt plus aucune raison de s’arrêter en si bon chemin. Le personnage est complexe : Salah agit ainsi parce qu’il a peur de se faire prendre et qu’il faut bien se débarrasser du corps, mais il agit aussi par contrainte économique, parce que la viande fraîche n’est pas bon marché. Il tue pour des raisons morales, parce qu’il est ulcéré par ces jeunes imbibés, grossiers et agressifs qui peuplent son snack et lui rappellent ceux qui ont causé la mort de son père. Enfin, il tue pour le plaisir, parce que le premier crime involontaire a réveillé quelque chose en lui. Dans le genre “Je ne suis pas binaire et c’est ma joie”, ‘K-Shop’ se pose là : à sa façon, Salah est un vigilante mais un vigilante psychopathe. C’est un type sympa, sérieux et travailleur, par opposition à l’écume de la terre qui repeint les rues avec le contenu de son estomac chaque vendredi soir...et le choix provocateur d’un basané qui tue de jeunes occidentaux en raison de leur moeurs licencieuses n’est évidemment pas anodin, même si le réalisateur sait rester dans le flou et ne faire de son anti-héros ni un “bon sauvage” dévoyé par les méchants blancs racistes, ni le membre d’une cinquième colonne qui viendrait jusque dans nos bras kébabiser nos fils et nos compagnes. Même si le film s’avère au final beaucoup trop long (trop de sous-intrigues inutiles là où il aurait fallu du punk et du ramassé) il constitue un des Slashers les moins stupides que j’ai vu dernièrement. Et si vraiment, vous avez peur de vous ennuyer face à un scénario qui souffre forcément d’une certaine répétitivité, n’hésitez pas à le regarder en compagnie d’un ami raciste, du genre à bien vous préciser qu’il a lui-même un ami noir : spectacle garanti !

    0 Smiley_yes   0 Smiley_no