Les Nouvelles Aventures de Cendrillon (2017)

Comédies, Françaises

(4 votes)
Star-onStar-onStar-halfStar-offStar-off
Les Nouvelles Aventures de Cendrillon (2017) dvd

SYNOPSIS :

C'est l'anniversaire de Julie mais elle semble être la seule à s'en souvenir… Jusqu'à ce que Marco, l'homme qu'elle aime secrètement, l'appelle et lui annonce qu'il va passer chez elle pour lui déposer son fils car la baby-sitter a eu un contretemps. Julie est effondrée, tout le monde la considère comme une boniche. Seule avec ce petit garçon, particulièrement odieux, Julie décide de lui raconter l'histoire de Cendrillon… enfin presque.

Réalisé par :

Lionel Steketee

PHOTOS DU FILM :

FORMAT DISPONIBLE Audio Sous-titres Public Durée IMAGE SON Pays
DVD
FR FR all 88 Min 16/9 compatible 4/3 Dolby Digital France
1 critique
Trier par :

    Marc Publié le 28/02/2019

  • user-thumb
    5_pen_3_fr (1902 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-offStar-offStar-offStar-off

    Sa critique : Il faut croire que la leçon n’avait pas suffisamment porté avec les sinistres ‘Nouvelles aventures d’Aladdin’. En fait, elle n’avait même pas porté du tout puisque, succès oblige, l’insupportable véhicule à la gloire de Kev Adams s’est entretemps vu offrir une suite sur un plateau d’argent. En attendant, c’est la pauvre Cendrillon qui passe à la moulinette des mêmes producteurs, convaincus qu’il n’est jamais trop tôt pour initier les pré-ados à l’humour de fin de banquet. En soi, l’idée du conte qu’on raconte à un sale môme blasé et qu’il faut donc ré-adapter en permanence n’était pas ridicule en soi : il s’agit peut-être même l’unique bonne idée du film, puisque tout le reste oscille entre le gênant et le consternant. Les gags anachroniques sont vus et revus, comme si personne n’avait encore compris, depuis le ‘Blanche’ de Bernie Bonvoisin, qu’il ne suffit pas de jouer une scène classique avec un ton ou un esprit moderne pour que ce soit drôle. Les références top-contemporaines condamnent le film à une obsolescence pratiquement instantanée : au moins, les malheureux pré-ados de dans dix ans n’auront plus la moindre raison valable de regarder cet étron. Le principal doute qui étreint le spectateur tout au long de ce condensé d’humour beauf qui donne l’impression de suivre un marathon de l’humour avec les Chevaliers du Fiel bourrés, est de décider si ce sont les femmes ou les homos qui s’en prennent le plus plein la gueule. Histoire de souligner un peu plus l’indigence des gags, on ne peut que constater l’inefficacité absolue du casting, pourtant constitué d’acteurs à la veine comique d’ordinaire assez convaincante (Bourdon, Desagnat, Ducret,...). Quant à Marilou Berry, elle confirme ce que je soupçonnais fortement depuis les deux ‘Joséphine’, à savoir qu’elle m’est proprement, épidermiquement, insupportable. Lorsqu’on repère un petit clin d’oeil à Kev Adams en Aladdin au détour d’une scène, on comprend avec effroi qu’on a bien affaire à un ‘multivers”, comme celui de Marvel mais en franchouillard, et qu’on n’est pas tirés des ronces..

    0 Smiley_yes   0 Smiley_no