Phantom Thread (2018)

Emotion/drame, Romance

(17 votes)
Star-onStar-onStar-onStar-offStar-off
Phantom Thread (2018) dvd

SYNOPSIS :

Dans le Londres glamour des années 50, le célèbre couturier Reynold Woodcock et sa soeur Cyril sont au coeur de la mode britannique, habillant la famille royale, les stars de cinéma, les héritières, les mondains et les dames dans le style reconnaissable de la Maison Woodcock. Les femmes défilent dans la vie de Woodcock, apportant à ce célibataire endurci inspiration et compagnie, jusqu'au jour où il rencontre Alma, une jeune femme au caractère fort qui deviendra rapidement sa muse et son amante. Lui qui contrôlait et planifiait sa vie au millimètre près, le voici bouleversé par l'amour.

Réalisé par :

Paul Thomas Anderson
 
Ajouter

PHOTOS DU FILM :

FORMAT DISPONIBLE Audio Sous-titres Public Durée IMAGE SON Pays
DVD
FRENES FRNLESISPT 12 130 Min 16/9 compatible 4/3 (1.85) Dolby Digital États-Unis
3 critiques
Trier par :

    Marc Publié le 20/07/2019

  • user-thumb
    5_pen_3_fr (1961 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-offStar-off

    Sa critique : C’est toujours le même problème qui se présente avec les films de Paul Thomas Anderson, l’homme que beaucoup considèrent aujourd’hui comme “le plus grand réalisateur vivant”. Il est difficile de totalement percer ses films à jour, encore plus à la première vision : j’ai toujours des doutes à propos de ‘Magnolia’, je n’y suis pas vraiment arrivé sur ‘The master’ et il me manquait un fifrelin d’état second pour digérer ‘Inherent vice’. Leur curieux mélange d’académisme et de modernité est exactement ce qu’il faut pour les rendre intemporels, et il est impossible de ne pas déceler en eux de futurs Classiques : quand on parlera dans 30 ans des grands films de 2017, on citera ‘Phantom thread’, j’en mettrais ma main à couper. Et pourtant, sur le coup, je ressens toujours la même difficulté à adhérer sans réserve aux proposition de cinéma de Paul Thomas Anderson. Je respecte tous ses films. Je n’en apprécie vraiment que la moitié. Cette fois, c’est le milieu de la haute-couture, à Londres, dans les années 50 qui tient la vedette...cependant, le scénario n’est pas à considérer comme un simple prétexte à une balade dans un lieu et une époque déterminée : il fonctionne par et pour lui-même, le récit de cette relation trouble, où le pouvoir change constamment de main, entre un couturier maniaque et obsessionnel et une jeune modèle : il cherche moins une amante et une confidente qu’une muse. Elle accepte d’être la simple projection des fantasmes créatifs de son pygmalion mais ne peut s’en satisfaire à long terme. C’est l’immense Daniel Day-Lewis, qui a certainement travaillé des mois chez un couturier au préalable afin que ses gestes soient ceux d’un couturier et pas ceux d’un acteur imitant un couturier, qui incarne ce personnage instable et névrosé, face à une jeune actrice luxembourgeoise, Vicky Krieps, qui ne démérite pas. Psychologiquement, cette lutte de pouvoir silencieuse, sans cris ni fracas, où les coups se portent à fleurets mouchetés, est plutôt fascinante à suivre. Toutefois, s’il se justifie amplement sur le plan théorique, le formalisme précieux de Paul Thomas Anderson me pose de nouveau problème. D’accord, l’amour, comme la haine, se tissent lentement, à l’image de la plus prestigieuse des créations et c’est dans ses recoins les plus secrets - la manie du Maître est d’agrémenter ses robes d’objets et de messages secrets qu’il dissimule dans leurs revers - qu’on découvre sa signification profonde. D’accord, la sophistication et l’affectation du réalisateur font écho à celui du personnage et ce dernier, démiurge tyrannique, est, dans une certaine mesure, une projection de l’autre...mais le fait est que dans ‘Phantom thread’ tout est posture (très) apparente : “Regardez ma science du cadrage, vous verrez celle du montage plus tard”. “Regardez quel regard unique je porte sur les choses”. “Regardez comme je place mes silences au bon moment pour qu’ils en disent aussi long que mes dialogues”. Oui, Paul Thomas Anderson est un auteur et un réalisateur accompli...mais vingt cinq ans après ses débuts, ce n’est sans doute plus nécessaire de le crier aussi fort : c’est irritant...et ça n’empêchera pas ce ‘Phantom thread’, minutieux mais froid et désagréable, de prétendre au statut de futur Classique.

    0 Smiley_yes   0 Smiley_no

  • pascal Publié le 10/02/2019

  • user-thumb
    1_pen (10 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-onStar-on

    Sa critique : Le dernier rôle du plus grand acteur vivant (avec DiCaprio) dans un des meilleiurs films de 2018, d'un des meilleurs réalisateurs actuellement en activité.Rien de moins. A regarder et contempler...

    0 Smiley_yes   0 Smiley_no

  • Maman Pop Publié le 05/12/2018

  • user-thumb
    5_pen_2_fr (402 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-offStar-off

    Sa critique : Couple très spécial , faut-il souffrir et surtout faire souffrir les autres pour être le meilleur . Quand on a compris le fonctionnement , on apprécie .

    0 Smiley_yes   0 Smiley_no