Avant que nous Disparaissions (2017)

Emotion/drame, Science-fiction

(3 votes)
Star-onStar-onStar-halfStar-offStar-off
Avant que nous Disparaissions (2017) dvd

SYNOPSIS :

Alors que Narumi et son mari Shinji traversent une mauvaise passe, Shinji disparaît soudainement et revient quelques jours plus tard, complètement transformé. Il semble être devenu un homme différent, tendre et attentionné.
Au même moment, une famille est brutalement assassinée et de curieux phénomènes se produisent en ville. Le journaliste Sakurai va mener l'enquête sur cette mystérieuse affaire.

Réalisé par :

Kiyoshi Kurosawa
 
Ajouter

PHOTOS DU FILM :

FORMAT DISPONIBLE Audio Sous-titres Public Durée IMAGE SON Pays
DVD
JP FR all 129 Min 16/9 compatible 4/3 Dolby Digital Japon
1 critique
Trier par :

    Marc Publié le 09/10/2019

  • user-thumb
    5_pen_3_fr (2229 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-offStar-offStar-off

    Sa critique : Comme toujours chez Kurosawa, j’adhère sincèrement à l’idée, beaucoup moins à l’exécution. Après plusieurs Techno-thrillers, polars et autres films de fantôme, il était inévitable que le cinéaste japonais ait recours à un contexte science-fictionnel pour poser un nouvelle réflexion existentielle sur la condition humaine. Des entités extraterrestres s’infiltrent au sein de la population japonaise en usurpant l’apparence physique de leurs hôtes : une approche qu’on pourrait croire nourrie à la paranoïa des versions successives de ‘L’invasion des profanateurs de sépulture’ mais tempérée par le fait que la priorité de ces Aliens est de “voler” les concepts humains (comme la liberté, le travail, l’amour,...) qu’ils échouent à appréhender de manière théorique, l’humain-ressource se retrouvant alors dépouillé de ce même concept. Kurosawa s’amuse ainsi à déconstruire les concepts essentiels qui façonnent l’humanité, mettant à nu le fait qu’ils sont simplement des constructions mentales et culturelles. L’idée est tout à fait sympathique mais alors qu’on aurait aimé voir l’impact qu’aurait sur la société un grand nombre d’individus perdant aléatoirement des parcelles de ce qui fait d’eux des êtres humains, Kurosawa, tout à son obsession de l’intime, cible un très petit nombre de sujets, et s’intéresse surtout à la mission des espions galactiques et aux dilemmes de leurs guides, humains bon teint qui, pour des raisons, qui leur sont propres, acceptent de seconder les envahisseurs dans leur entreprise de subversion de l’humanité. Pour une part, ‘Avant que nous disparaissions’ vire au mélo un peu mièvre, puisque l’une des entités a assimilé “l’amour” et semble bien moins pressée de faire aboutir son plan ; pour l’autre, le réalisateur joue la carte du Thriller science-fictionnel puisque un autre groupe d’infiltrés tente de faire parvenir à leur peuple le signal autorisant l’attaque alors qu’ils sont traqués par les services gouvernementaux...mais il n’en a ni les moyens, ni même réellement le souhait. Comme toujours, Kurosawa propose un pensum, travaillé et soigné sur le plan intellectuel, mais qui ne s’inquiète jamais que la partie “genre” de son cinéma soit peu crédible, kitsch ou dépourvue de ressorts dramatiques. Comme à chaque fois serait-on tenté de dire, l’idée possède un authentique potentiel, et s’incarne dans un film très ennuyeux.

    0 Smiley_yes   0 Smiley_no