Carnage chez les Puppets (2018)

Action, Comédies, Américaines, Crime

(3 votes)
Star-onStar-onStar-offStar-offStar-off
Carnage chez les Puppets (2018) dvd

SYNOPSIS :

Dans les bas-fonds de Los Angeles, les marionnettes vivent comme des citoyens de seconde zone aux côtés des humains. Un tueur en série s'en prend aux marionnettes célèbres de l'émission pour enfants The Happytime Gang. La détective Edwards se voit forcée de collaborer à nouveau avec son ancien partenaire Phil Philips, une marionnette, pour résoudre cette sombre affaire. Lorsqu'il s'avère que la victime suivante n'est autre que Jenny, l'ex-petite amie de Phil, tout le désigne comme coupable.

Réalisé par :

Brian Henson
 
Ajouter

PHOTOS DU FILM :

FORMAT DISPONIBLE Audio Sous-titres Public Durée IMAGE SON Pays
DVD
FREN FRNL 16 91 Min 16/9 compatible 4/3 Dolby Digital États-Unis
1 critique
Trier par :

    Marc Publié le 30/03/2019

  • user-thumb
    5_pen_3_fr (1934 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-offStar-offStar-offStar-off

    Sa critique : J’ai une grosse faiblesse pour les films avec des Muppets, en dépit - ou justement à cause ? - de leur côté gentillet et de leur prévisibilité. J’en ai maté deux ces dix dernières années, et je persiste à les considérer comme une part d’enfance miraculeusement préservée et surtout, ultime concession à l’absurdité de leurs premières apparitions sous la supervision de Jim Henson (père du réalisateur) comme quelque chose qui réclame la plus formidable suspension d’incrédulité existante puisqu’il est nécessaire d’admettre que des humains et des chaussettes parlantes cohabitent quotidiennement sans que cela surprenne personne ! Cette fois, au lieu de réclamer du spectateur adulte qu’il fasse un pas en direction des Muppets, ce sont les Muppets qui font un pas en direction du spectateur adulte. S’il ne reprend aucune des marionnettes les plus célèbres au casting, ce ‘Carnage chez les puppets’ se présente comme une parodie de Film Noir...et qui dit Film Noir dit forcément Femme Fatale, Détective Dépressif et Bouteille de Bourbon à demi entamée posée sur le bureau. En gros, le film adapte effectivement les codes du genre à son casting mixte humains/chaussettes sauf qu’il pousse les choses un cran plus loin : le scénario joue continuellement sur la dichotomie entre l’image consensuelle des Muppets, celle de petits personnages idiots qui chantent et qui dansent, et la “réalité”, celles de marionnettes à la sexualité incontrôlable qui vivotent dans une société glauque et inéquitable où dominent l’alcoolisme, la clochardisation et la prostitution. Comme tout ce qui est extrême et crade, ‘Carnage chez les puppets’ possède ses moments de délire qui font mouche, et parviennent à amener le spectateur à son point de dissonance cognitive, mais le film a la faiblesse de reposer presque exclusivement sur ce mauvais esprit scabreux, considérant une fois de plus que dynamiter l’image des Muppets en redoublant de vulgarité et en les forçant à s’adonner à tout ce que la culture américaine réprouve est un projet humoristique en soi. L’abattage de Melissa McCarthy, qui reproduit sans se fouler sa prestation des ‘Flingueuses’ ou de ‘Spy’, n’est que la partie la plus visible de cette démarche paresseuse.

    0 Smiley_yes   0 Smiley_no