Parvana (2018)

Dessins animés, Animation

(3 votes)
Star-onStar-onStar-onStar-onStar-off
Parvana (2018) dvd

SYNOPSIS :

En Afghanistan, sous le régime taliban, Parvana, onze ans, grandit à Kaboul ravagée par la guerre. Elle aime écouter les histoires que lui raconte son père, lecteur et écrivain public. Mais un jour, il est arrêté et la vie de Parvana bascule à jamais. Car sans être accompagnée d'un homme, on ne peut plus travailler, ramener de l'argent ni même acheter de la nourriture.
Parvana décide alors de se couper les cheveux et de se travestir en garçon afin de venir en aide à sa famille. Risquant à tout moment d'être démasquée, elle reste déterminée à trouver un moyen de sauver son père. Parvana est un conte merveilleux sur l'émancipation des femmes et l'imagination face à l'oppression.

Réalisé par :

Nora Twomey
 
Ajouter

PHOTOS DU FILM :

FORMAT DISPONIBLE Audio Sous-titres Public Durée IMAGE SON Pays
DVD
FRENAFR FR all 89 Min 16/9 (2.40:1) Dolby Digital Canada
1 critique
Trier par :

    Marc Publié le 14/03/2019

  • user-thumb
    5_pen_3_fr (1948 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-onStar-off

    Sa critique : Le graphisme tout en douceur et tout en rondeur est une caractéristique des projets auxquels s’est attachée l’Irlandaise Nora Twomey. Dès lors, puisqu’on l’associe spontanément aux aventures d’une famille de macareux (la jolie série pour enfants ‘Puffin rock’ sur Netflix) et à deux magnifiques longs-métrages baignant dans la mythologie celtique (‘Le secret de Kells’ et ‘Le chant de la mer’), on s’attendait moins à la retrouver dans une production autrement plus empreinte de gravité, qui évoque l’épreuve qu’était la vie quotidienne en Afghanistan sous la coupe des Talibans. Parvana est une petite fille de 11 ans, dont la père a été jeté en prison pour avoir osé s’opposer à un milicien et surtout, pour avoir tenté d’instruire les membres de sa famille. Afin de subvenir aux besoins de sa famille (puisque sa mère et sa soeur, plus âgées, ne peuvent sortir sans leur chaperon masculin), Parvana se travestit en garçon et commence à exercer des petits boulots dans les rues de Kaboul. Parallèlement, une fois sortie de la surveillance religieuse et de la violence qui régissent la rue afghane, Parvana retrouve dans l’intimité du foyer la possibilité de rêver et d’inventer, en racontant à son petit frère un conte fantastique plein de dangers, de magie et de monstres de légende. Chacune de ces deux sections possède sa propre identité visuelle : le trait arrondi et tendre qu’on connaît à ces production irlandaises mais avec des couleurs plus ternes, moins éclatantes que d’habitude pour la trame principale, un collage animé aux contours oniriques et aux couleurs enchanteresses pour le monde imaginaire. Chacune possède également sa raison d’être : l’histoire de Parvana prône l’émancipation féminine, par la ruse, l’intelligence et la capacité sans cesse renouvelée à endurer l’oppression ; la fable que la petite fille invente s’efforce de réhabiliter la riche culture populaire et artistique d’une région depuis longtemps perçue comme un océan de barbarie et d’obscurantisme. Ce joli conte féministe et initiatique constitue une introduction réussie, pratique et romanesque, à la fois au combat pour l’égalité et à une culture méconnue.

    0 Smiley_yes   0 Smiley_no