Bécassine! (2018)

Comédies, Françaises

(3 votes)
Star-onStar-onStar-halfStar-offStar-off
Bécassine! (2018) dvd

SYNOPSIS :

Bécassine naît dans une modeste ferme bretonne, un jour où des bécasses survolent le village. Devenue adulte, sa naïveté d'enfant reste intacte. Elle rêve de rejoindre Paris mais sa rencontre avec Loulotte, petit bébé adopté par la marquise de Grand-Air va bouleverser sa vie. Elle en devient la nourrice et une grande complicité s'installe entre elles. Un souffle joyeux règne dans le château. Mais pour combien de temps ?
Les dettes s'accumulent et l'arrivée d'un marionnettiste grec peu fiable ne va rien arranger.
Mais c'est sans compter sur Bécassine qui va prouver une nouvelle fois qu'elle est la femme de la situation.

Réalisé par :

Bruno Podalydes
 
Ajouter

PHOTOS DU FILM :

FORMAT DISPONIBLE Audio Sous-titres Public Durée IMAGE SON Pays
DVD
FRAFR FR all 92 Min 16/9 (2.40:1) Dolby Digital France
1 critique
Trier par :

    Marc Publié le 28/04/2019

  • user-thumb
    5_pen_3_fr (1970 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-offStar-off

    Sa critique : Après toutes les déconvenues récentes, qu’il s’agisse de Gaston Lagaffe ou de Spirou, les adaptations de bande-dessinée “traditionnelles” (Valérian étant donc hors-concours) sont devenues des objets de méfiance et de ricanements et voilà que c’est au tour de leur arrière grand-mère à tous, celle qui a préfiguré à la fois la BD telle qu’on la connaît aujourd’hui et la Ligne Claire popularisée par Hergé, de passer à la casserole. Vu que le personnage est apparu en 1905 dans les pages d’un hebdomadaire pour petites filles, on peut estimer que je ne suis définitivement pas d’une quelconque “Génération Bécassine” : d’ailleurs, j’ai l’impression qu’ils sont tous morts il y a bien longtemps, ceux de la génération Bécassine. A mes yeux, elle est juste un personnage physiquement très reconnaissable dont, pour ce que j’en sais, les principales caractéristiques sont la maladresse et la stupidité de la plouquette qui se retrouve parachutée dans le Beau Monde : logique à une époque où, faute d’avoir déjà découvert les Belges, les Parisiens se rabattaient sur les Bretons. Cette vision semble toutefois réductrice et ce n’est d’ailleurs pas l’image que cette adaptation, confiée pour une fois à un auteur ayant quelques chouettes sorties à son actif et pas à un simple yes-man, souhaite faire passer : Bécassine n’est pas “bête”, tout au plus naïve et candide : elle s’émerveille des prouesses de la technologie de la Belle Epoque mais invente elle-même des dispositifs ingénieux dont elle ne songe pas une minute à tirer le moindre profit financier. Elle fait confiance à sa bonne étoile, ne se démonte pas devant ses échecs, bref, Bécassine est une sorte d’Amélie Poulain de province, en moins irritante. Du coup, il se dégage tout au long du film une douce fantaisie poétique, un optimisme indéfectible, comme une sorte de fantasme d’un monde où tout serait simple et se terminerait en chansons : le même genre d’état d’esprit en fait, sous couvert d’un personnage connu de la culture française, qu’on rencontrait dans de précédents films de Podalydès, dont l’irrésistible ‘Comme un avion’, avec quelques gags visuels et des personnages colorés pour faire bonne mesure et complaire aux enfants.

    0 Smiley_yes   0 Smiley_no