Good Boys (2019)

Comédies, Américaines

(2 votes)
Star-onStar-onStar-onStar-offStar-off
Good Boys (2019) dvd

SYNOPSIS :

Jusqu'à quel point un mauvais jour peut l'être ? Le créateur des délirants « SuperGrave », « Délire Express » et « Sausage Party » s'attaque à de jeunes garçons dans l'outrageante comédie « Good Boys ». Après avoir été invité à sa première « soirée bisou », le jeune de Max angoisse car il ne sait pas comment embrasser. Décidez à en apprendre plus sur la matière, Max et ses meilleurs amis Thor et Lucas décident d'utiliser le drone du père de Max, ce qui lui est totalement interdit, pour espionner un jeune couple voisin. Mais tout ne se passe pas comme prévu et le drone est détruit. Devant désespérément le remplacer avant que le père ne s'en aperçoive, les jeunes font l'école buissonnière et débutent un voyage rempli de mauvaises décisions les amenant à voler de la drogue, à se battre au paintball dans une maison étudiante et à fuir la police ainsi que de terrifiantes adolescentes.

Réalisé par :

Gene Stupnitsky
 
Ajouter

PHOTOS DU FILM :

FORMAT DISPONIBLE Audio Sous-titres Public Durée IMAGE SON Pays
DVD
FREN FRNLEN 12 85 Min 16/9 (2.40:1) Dolby Digital États-Unis
1 critique
Trier par :

    Marc Publié le 24/01/2020

  • user-thumb
    5_pen_3_fr (2092 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-offStar-off

    Sa critique : Bien que les comédies de l’écurie Judd Appatow se soient attardées sur la plupart des jalons et des âges-charnière de l’existence, elles n’étaient jamais remontées plus loin que l’adolescence : effectivement, s’il n’est pas trop compliqué de faire cohabiter le concept de “bromance” avec des pré-pubères, pour le cul et la défonce, c’est un peu plus délicat. Pourtant, cette comédie signée et produite par certains de héritiers les plus évidents d’Appatow - Goldberg et Rogen, le duo de The Office - a décidé de courir le risque: à l’âge où on s’apprête à découvrir (en théorie) toutes ces choses, le petit trio de garnements de ‘Good boys’ oscille entre mauvaise compréhension et déni instinctif, jusqu’à confondre, par exemple, un collier de perles anales et un nunchaku. Une fois au fait de la manière dont ces éléments vont être traités, et j’estime personnellement que les scénaristes sont parvenus à contourner l’obstacle de manière assez futée, tous les éléments qui signalent une appartenance au Appatow-verse se retrouvent à leur place : des moments de pure folie, des références parfois un peu trop américaines pour être comprises sur le vif, aucune nostalgie déplacée (le récit est ancré dans l’époque actuelle), quelques longueurs, une VF qui ne passe pas top et un film qui, au-delà de sa grossièreté de surface, se veut plein de bienveillance vis-à-vis de ses personnages. Au final, il s’agit de l’histoire de gamins qui découvrent leurs premiers émois, leurs premières aspirations, éventuellement à contre-courant de la norme, et s’efforcent de les assumer comme ils peuvent. Parfois maladroit, parfois vraiment drôle, ‘Good boys’ souffre juste un peu de cette hésitation à choisir entre être une comédie coming-of-age pour pré-ados un peu osée, ou la même, version pour adulte, qui resterait alors un peu trop sage par rapport aux autres productions Appatow. Alors que cette position médiane about bien souvent à ne satisfaire personne, on peut toutefois concéder que pour une fois, tout le monde y trouvera, moyennement, son compte !

    0 Smiley_yes   0 Smiley_no