Le Meilleur Reste à Venir (2019)

Comédies, Françaises, Emotion/drame

(3 votes)
Star-onStar-onStar-offStar-offStar-off
Le Meilleur Reste à Venir (2019) dvd

SYNOPSIS :

Suite à un énorme malentendu, deux amis d'enfance, chacun persuadé que l'autre n'a plus que quelques mois à vivre, décident de tout plaquer pour rattraper le temps perdu

 
Ajouter

PHOTOS DU FILM :

FORMAT DISPONIBLE Audio Sous-titres Public Durée IMAGE SON Pays
DVD
FRAFR FR all 112 Min 16/9 (2.40:1) Dolby Digital France
1 critique
Trier par :

    Marc Publié le 02/04/2020

  • user-thumb
    5_pen_3_fr (2111 CRITIQUES)
    Voir toutes ses critiques
    Sa cotation : Star-onStar-onStar-onStar-offStar-off

    Sa critique : Si on sait depuis longtemps que ce n’est pas le concept qui assure la réussite d’un film, on sait aussi que c’est tout de même lui qui suscite la curiosité de départ, bien au-delà des autres éléments (les réalisateurs, les acteurs,...) qui pourraient augmenter significativement les chances de considérer le résultat comme une grande réussite. Or, ‘Le meilleur reste à venir’, c’est du pur high-concept comme les comédies françaises AAA en raffolent, et qui devrait sans doute lui valoir un remake américain d’ici quelques années : Arthur découvre que son ami César est atteint d’un cancer incurable mais après un de ces quiproquos qui n’existent que dans les comédies françaises, c’est César qui est convaincu que Arthur est condamné : devant l’enthousiasme et l’énergie qu’Arthur découvre chez son ami, déterminé à tenter l’impossible pour qu’il profite à fond des semaines qui lui restent, Arthur n’ose pas le détromper et lui révéler la vérité. Avec le duo Delaporte/De la Patelière aux commandes, on sait d’instinct qu’on aura droit à du quiproquo à répétition (auquel on ne croit guère, mais qu’importe...) et à du ping-pong verbal entre les protagonistes, toutefois bien moins inspiré que dans ‘Le prénom”. C’est que le duo deale cette fois avec la mort et le cancer, et qu’un minimum de tenue était exigée : du coup, le facture dramatique du scénario, qui se fait plus présente dans le dernier tiers du film, si elle n’est pas de la plus subtile finesse et recourt aux grosses ficelles qu’on imaginait, n’en demeure pas moins fonctionnelle. En fait, on a un peu l’impression que Delaporte et De la Patelière ont voulu imiter Toledano et Nakache à l’époque d”Intouchables”, passer de la comédie de boulevard au film qui parle des drames de la vie, tout en les atténuant avec de la tendresse et un humour qui n’offensera personne. Je n’ai jamais fait partie des admirateurs de ‘Intouchables’, comédie faiblarde mais feel-good movie hautement fédérateur, et c’est exactement le niveau de qualité auquel le nouveau venu parvient, sans démériter, et surtout grâce à la présence de Fabrice Lucchini. Il ne cartonnera certainement pas autant - on ne joue pas impunément avec la mort - mais enfin, compte tenu du niveau plus que navrant des dernières comédies hexagonales que j’ai eu le malheur de regarder, un peu de souffrance et de tristesse ne fait visiblement pas de mal à l’ensemble.

    0 Smiley_yes   0 Smiley_no